Endométriose & nutrition

Endométriose & nutrition

Hello mes amours! J’espère que vous allez bien. Suite à mon live la semaine dernière avec Marion de @douceendometriose je te rédige cet article. Beaucoup de personnes ne comprennent pas pourquoi parler de nutrition dans la prise en charge de l’endométriose est important. Sachant que c’est une maladie inflammatoire on peut penser que les aliments qui influencent la production d’œstrogènes auront un impact sur cette maladie et ses symptômes.

On entend par « alimentation anti-inflammatoire » les aliments sans gluten, sans lactose, sans sucres ajoutés, sans excitant (alcool, café, thé, chocolat au lait), l’alimentation transformée, la viande ou encore les matières grasses.

L’inflammation cause alors de l’acidose (c’est à dire une augmentation de l’acidité dans ton sang) ce qui dans le cas de l’endométriose, de l’adénomiose ou encore du SOPK (Syndrôme des Ovaires PolyKystiques) favorise la douleur.

Je rappelle que je ne suis pas diététicienne, nutritionniste ou encore médecin je ne souhaite pas diaboliser certains types d’aliments je pense juste qu’il est préférable de consommer certains aliments avec modération.

Les aliments favorisant le ballonnement

  • Les fruits et légumes crus, fibreux ou forts en goût aubergines, artichaut, céleri, concombre, choux, fenouil, navet, oignons, salsifis…
  • Les légumes secs: haricots, lentilles, pois cassés et pois chiches
  • Les œufs durs
  • Le maïs
  • Les petits pois
  • Les céréales complètes
  • Les poissons fumés (hareng saur, maquereau…)
  • Les fromages fermentés et à moisissure (bleu, roquefort, maroilles, roquefort…)
  • Les boissons gazeuses

NB: Les infusions digestives ou encore les épices dites carminatives comme la cardamone, le cumin, le gingembre ou encore les graines de fenouil.

Pour celles sujettes à la constipation

La première chose à faire et de s’hydrater. L’eau c’est la vie! Le lactose n’est pas forcément ton ami. Il faut dans ce cas, prioriser les aliments aidant à la digestion:

  • les betteraves cuites
  • les blancs de poireau (le vert ara tendance à ballonner)
  • les courgettes
  • les fruits secs
  • les haricots verts
  • les asperges
  • les cucurbitacées (giraumon, potirons..)
  • les épinards
  • le mucillage: psyllium blond

et éviter les aliments favorisant la constipation comme le riz, les carottes, les bananes ou encore le coing.

Si vous êtes sujettes aux diarrhées, tu sais quoi manger hi hi

Les perturbateurs endocriniens

Pour conclure, je dirais que le but n’est pas de bannir des groupes d’aliments mais plutôt d’adopter des habitudes alimentaires visant à une meilleure qualité de vie et ce sur long terme. Pour cela il faudra faire preuve de patience et être à l’écoute de ton corps. Une activité physique sera aussi nécessaire… En ce qui me concerne, il me reste un gros travail à faire pour ce qui est du stress et de la gestion des émotions.

S’aménager des moment de détente et un sommeil réparateur …et surtout on oublie pas de se faire plaisir afin d’éviter toutes frustrations.

Une histoire de « sans gluten »

Crédit photo: Google images

Beaucoup de personnes pensent que le « sans gluten » est uniquement un effet de mode cependant, une récente étude italienne montre qu’un régime sans gluten diminuerait les douleurs liées à l’endométriose chez 75% des femmes atteintes de cette pathologie.

Si le « sans gluten » est primordial dans le cas d’une maladie cœliaque (maladie chronique et auto-immune de l’intestin après l’ingestion de gluten) ou d’une forte hypersensibilité au gluten sa consommation peut être diminuer et beaucoup d’entre nous s’y essaient même si aucune étude ne prouve en France qu’il y ait un rapport entre le fait de consommer sans gluten et l’endométriose.

Le manque de lactase intestinale = mauvaise digestion du lactose et est différent de l’alpha caséine

Il est conseillé d’éviter les acides gras transformés et prioriser les sources d’omega 3 et 6 telles que les huiles non raffinées dans les bouteilles en verre (le colza pour l’assaisonnement, l’olive pour la cuisson et les noix crue).

Les excitants:

Ils favorisent la production de prostaglandines pro inflammatoire. Il est donc préférable de diminuer sa consommation d’alcool, de caféine, de chocolat chaud ou encore théine afin de se faire plaisir sans pour autant souffrir derrière.

Les toxiques:

Additifs alimentaires, conservateurs, édulcorants, pesticides et friture.

Les compléments alimentaires:

Pour conclure, je dirais que le but n’est pas de bannir des groupes d’aliments mais plutôt d’adopter des habitudes alimentaires visant à une meilleure qualité de vie et ce sur long terme. Pour cela il faudra faire preuve de patience et être à l’écoute de ton corps. Une activité physique sera aussi nécessaire… En ce qui me concerne, il me reste un gros travail à faire pour ce qui est du stress et de la gestion des émotions.

S’aménager des moments de détente et un sommeil réparateur …et surtout on oublie pas de se faire plaisir afin d’éviter toutes frustrations.

Related posts

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.